Moonlight Shadows - Le blog de Victoria Lace

12 février 2018

CAPTIF DE L’OCEAN EST PARU !

Mon nouveau roman est paru ! 

FB-captifocean-preview

 

Captif de l'Océan

Tyler, un jeune Américain expatrié à Osaka, travaille dans un bar gay du port.

Lui-même préfère les femmes, ce qu’il ne cesse de répéter au capitaine Sloan, qui le drague depuis plusieurs jours.

Sloan, lui, est certain que le jeune homme n’est pas aussi hétéro qu’il le dit, et lorsque se présente à lui l’occasion de l’embarquer sur son bateau, il n’hésite pas une seconde. Il va utiliser toute sa séduction naturelle pour démontrer à son invité involontaire  qu’il se trompe sur lui-même. Tyler est bien décidé à ne pas céder, mais son corps et son esprit ne semblent pas être d’accord sur le sujet…

Quand le passé de Sloan revient en force et bouleverse tous ses plans, il met en danger la vie de celui qu’à son corps défendant, le capitaine commence à considérer autrement que comme un simple coup d’un soir.

C’est entre violence et sensualité que se nouera le destin de Sloan et Tyler…

Pour le meilleur, ou pour le pire…

https://www.amazon.fr/Captif-loc%C3%A9an-Victoria-Lace-ebook/dp/B079R6BWNY/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1518445283&sr=1-1

Posté par victorialace à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 janvier 2018

CONCOURS "LE ROI-ESCLAVE"

Hello tout le monde,

J'organise un concours pour gagner la version papier du Roi-Esclave. 

Pour y participer, il vous suffit de rejoindre mon groupe auteure sur FB et de poster "je participe" sous le post annonçant le concours. 

 

Posté par victorialace à 19:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2018

MES PROJETS DE ROMANS POUR 2018

Hello tout le monde,

2018 va être une année chargée en publications pour moi, mais sur un rythme que j’espère raisonnable et possible à tenir sans finir complètement épuisée.

En février, comme je l’ai annoncé dans le post précédent, je vais sortir mon nouveau roman MM, Captif de l’Océan. Question longueur, pour ceux à qui cela parle, ce sera à peu près 70K mots, sinon plus, soit entre Cœurs en feu (Les Santelli 3) et Le Prince Maudit pour le nombre de pages. Je prends goût aux romans plus longs et aux histoires davantage travaillées.

A la toute fin février, ou début mars, j’espère sortir la version définitive de Désirs Prisonniers (Tom et le Maître, Chris) anciennement Prisonnier de son désir, le T1 de la série que vous connaissez sous le nom de l’Ile aux esclaves (je rappelle que j’ai dû abandonner ce nom parce que Amazon me l’a refusé). La série se nomme désormais Désirs Secrets et le T2, Désirs Enchainés (George et le Viking) est disponible en ebook. J’espère sortir ces deux titres en version papier. J’ai entièrement retravaillé le tome 1, qui avait été publié à l’origine sous forme de nouvelles, pour donner plus de profondeur aux personnages et à l’histoire. Et oui, il y aura un tome 3 sur Jason, mais pas avant la fin de l’année ou le début 2019.

En mars-avril, je vais retravailler Captif d’un barbare. Vous pourrez lire une nouvelle version, augmentée et quelque peu différente, du tome 1, Lorenzo, qui sera plus longue. Je vous rassure, vous n’aurez pas à la racheter. Ceux qui l’ont déjà n’auront qu’à mettre leur version à jour, gratuitement. Dans la foulée, je vais écrire le T2, Magnus. Il était prévu depuis le début, mais un gros manque de temps m’a empêchée de m’atteler à sa rédaction. Si vous avez aimé le premier, vous allez adorer le second.

En mai-juin, je compte travailler sur les Santelli 4 et le cousin disparu évoqué à la fin de Cœurs en Feu. Cependant, vous devrez attendre décembre pour le lire, puisque Juno Publishing ressort toute la série et publie cet inédit. Les Santelli sont mes chouchous (pardon à mes autres personnages) et le T4 tout spécialement. Je vous en reparlerai plus longuement le moment venu, mais sachez que c’est un projet qui me tient beaucoup à cœur.

Je n’ai pas encore de planning précis pour le deuxième semestre 2018. Je me laisse le temps de prendre éventuellement du retard, de prendre aussi des vacances si j’en ai besoin. Disons que j’espère retravailler une histoire dont je vous avais déjà parlé, Loup-Garou et Maudit, une romance paranormale. Mais big news, je vais le retravailler en MM. Je ne suis pas du tout satisfaite de mon personnage féminin, et le fait de le transformer en MM apporte non seulement un twist inattendu, mais aussi une possibilité pour moi de travailler un texte plus fluide.

J’ai aussi en tête, depuis déjà deux ans, une série de romances paranormales M/F, et j’espère pouvoir écrire le premier tome avant la fin de l’année.

Comme dit plus haut, le T3 de Désirs Secrets, avec Jason, sera l’une de mes priorités à l’automne.

J’ai bien sûr d’autres projets qui murissent, mais ils seront probablement pour l’an prochain. Je veux prendre le temps d’écrire chaque livre comme j’en ai envie, sans me presser.

Toutes mes couvertures seront désormais créées par un designer pro, pas forcément la même d’ailleurs selon les titres, et sortiront d’abord en ebook, puis très peu de temps après en version papier. Je sais que certain-e-s d’entre vous sont attachés au bon vieux livre papier, moi la première d’ailleurs.

Alors, prêtes pour 2018 ? 

Posté par victorialace à 23:02 - Commentaires [10] - Permalien [#]

23 janvier 2018

CAPTIF DE L’OCEAN, MON NOUVEAU M/M

Hello tout le monde,

Mon nouveau roman, Captif de l’Océan, paraîtra début février, toujours en exclusivité sur Amazon. C’est une romance contemporaine (je précise, vu qu’il y a un bateau dans l’histoire et que j’ai souvent parlé de mon envie d’écrire de l’historique avec des pirates).

Pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend, voici le résumé.

Tyler, un jeune Américain expatrié à Osaka, travaille dans un bar gay du port.

Lui-même préfère les femmes, ce qu’il ne cesse de répéter au capitaine Sloan, qui le drague depuis plusieurs jours.

Sloan, lui, est certain que le jeune homme n’est pas aussi hétéro qu’il le dit, et lorsque se présente à lui l’occasion de l’embarquer sur son bateau, il n’hésite pas une seconde. Il va utiliser toute sa séduction naturelle pour démontrer à son invité involontaire  qu’il se trompe sur lui-même. Tyler est bien décidé à ne pas céder, mais son corps et son esprit ne semblent pas être d’accord sur le sujet…

Quand le passé de Sloan revient en force et bouleverse tous ses plans, il met en danger la vie de celui qu’à son corps défendant, le capitaine commence à considérer autrement que comme un simple coup d’un soir.

C’est entre violence et sensualité que se nouera le destin de Sloan et Tyler…

Pour le meilleur, ou pour le pire…

 

J’adresse un grand merci au passage à Ayleen Night, qui est ma beta-reader sur ce roman.

Si vous aimez le MM, les hommes sexy à mourir, les jeunes hommes impertinents, les scènes d’amour qui donnent chaud, les bateaux et l’Asie du Sud-Est pour le décor, vous allez aimer Captif de l’Océan.

Je devine vos questions. Après le plutôt hardcore Roi-Esclave paru en septembre dernier, vous vous demandez si Captif de l’Océan sera dans la même veine.

Pas vraiment ! Captif de l’Océan est avant tout une histoire d’amour entre deux hommes très différents. Sloan, le capitaine, est un homme rude, habitué à commander à tout un équipage de fortes têtes. Tyler, l’apprenti-chef, est un jeune homme qui n’a jamais eu à affronter trop de difficultés, même si l’esprit d’aventure est bien présent en lui. En plus, le pauvre se croit hétéro. Alors imaginez quand il prend conscience qu’il est attiré par un autre homme et qu’il a envie de faire des trucs pas répertoriés dans le Kamasoutra avec lui.

Va-t-il y avoir du BDSM ? Oui, mais pas dès le début et il restera léger. Je ne veux pas traumatiser Tyler dès le premier chapitre, j’ai donc attendu un peu avant sa première séance, qui sera en outre un peu particulière. Ce qui n’empêche pas des scènes hot, ce livre est à lire près d’une source de fraicheur. Il y aura juste ce qu’il faut de petits jeux pour faire grimper un peu le thermomètre. Je sais, en ces temps de réchauffement climatique, c’est mal.

Vous ai-je parlé de la couverture ? Je l’ai confié à une illustratrice britannique, qui m’a fait une illustration magnifique. Je vous la dévoilerai prochainement.

Je retourne à mes corrections, vu qu’Ayleen a sorti la mitraillette à encre rouge, et je vous dis à bientôt pour un prochain post.

 

Posté par victorialace à 22:46 - Commentaires [9] - Permalien [#]

16 janvier 2018

NOUVEAU GROUPE FACEBOOK VICTORIA LACE AUTEURE

Hello tout le monde,

Comme vous le savez peut-être, Facebook a décidé de modifier ses algorithmes pour les pages auteures, ce qui veut dire même si vous êtes abonnés à ma page, vous verrez de moins en moins mes publications. 

Pour pallier à cet inconvenient et vous permettre d'être toujours informé de mes sorties, des concours, mais aussi tout simplement pour nous retrouver entre nous, j'ai créé un groupe sur Facebook. Ce groupe est fermé, ce qui signifie que seuls les membres peuvent voir vos publications et les miennes, mais pas votre belle-mère !

J'ai voulu un endroit où nous puissions échanger, c'est pourquoi vous pourrez vous aussi poster, dans le respect des règles énoncées. 

Alors venez nous rejoindre !

https://www.facebook.com/groups/182004635724693/

 

Posté par victorialace à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 janvier 2018

DES NEWS DES SANTELLI

Hello tout le monde,

J’ai de grandes nouvelles à vous annoncer pour ma série les Santelli. Comme vous le savez peut-être, j’ai signé courant 2017 un contrat d’édition avec Juno Publishing pour avoir ma série republiée chez eux, et écrire un quatrième tome.

Ce sera pour 2018.

Pour l’instant, les trois premiers volumes de la série, Désir troublant, Passion cachée et Cœur en feu sont toujours disponibles sur Amazon, en ebooks uniquement. La nouvelle La Surprise de Noël complète la série. Ces romans seront bientôt dépubliés et deviendront indisponibles pendant un certain temps. Je les retravaillerai en compagnie de l’équipe éditoriale de Juno pour vous proposer des textes encore plus aboutis. Les trois premiers volumes et la nouvelle feront l’objet de nouvelles sorties, y compris papier. Je ne connais pas encore les détails, qui sont à mettre au point, mais ce sera pour l’automne.

Dans le même temps, je vais écrire le quatrième tome des Santelli, dont le titre de travail est pour l’instant Betrayal (Trahison). Ce titre est susceptible de changer. Betrayal racontera l’histoire du cousin Santelli qui a disparu, comme on peut le voir dans l’une des dernières scènes de Cœurs en feu. Petit scoop : l’histoire se passera principalement entre Los Angeles et le Mexique. Si vous avez aimé Zach et Miguel dans Cœurs en feu, je crois que vous aimerez aussi ce quatrième volume. Je prépare cette histoire depuis un long moment et je suis prête à me lancer dans l’écriture.

Ce quatrième tome, ainsi que les trois premiers, paraitront pour la Y/Con en décembre.  Pour info, la Yaoi Convention est le rendez-vous français des fans d’homo-fiction. Cliquez sur le lien pour en savoir plus. Les trois premiers volumes auront une toute nouvelle couverture.

Inutile de vous dire à quel point je suis excitée ! Je travaille sur plusieurs séries en même temps, mais les Santelli ont une part à place dans mon cœur, et le quatrième volume tout spécialement. Je vous en reparlerai plus longuement durant l’été.

Prenez soin de vous et à bientôt pour un nouveau post. 

 

 

Posté par victorialace à 23:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 janvier 2018

Changement sur Facebook

Hello tout le monde, 💋
Ma page auteur va être de moins en moins visible à cause du changement d'algorythmes de FB. Parce que garder le contact avec mes lectrices est important pour moi, je vous propose de me friender directement sur ma page perso. C'est là que j'organiserai désormais mes concours et que vous aurez des news sur mes sorties etc.

Victoria Lace Facebook

 
Let's be friends ❤️❤️❤️
 

Posté par victorialace à 14:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 décembre 2017

MES BONNES RESOLUTIONS POUR 2018

J’avais perdu l’habitude de prendre de bonnes résolutions pour l’année à venir, en mode je savais que je ne les tiendrais pas. Un peu comme le soir du 31 avant minuit, quand tu as une coupe de champ’ à la main, que tu sens que tu commences déjà à être bien bourrée, que tu sais que tu as trop mangé, et que tu te promets de mener une vie saine et équilibrée dès le 2 (le 1er, tu le passes à dormir).

Cette année, j’ai pris mes bonnes résolutions avant les fêtes, et j’ai essayé d’être réaliste. Ce ne sont pas des bonnes résolutions contraintes, mais au contraires des résolutions pour me sentir mieux dans ma peau, bien dans ma tête, et bien dans mon écriture.

C’est parti !

 

1 – Rester zen.

Ne plus me prendre la tête parce que j’avais prévu de sortir un roman à telle date, que je ne vais pas arriver à tenir la deadline, que j’ai encore la moitié du roman à écrire à trois jours de sa publication supposée. Etant auto-éditée, j’ai la liberté de pouvoir repousser une deadline. De plus, je vais arrêter de me fixer des deadlines impossibles à tenir. Et accepter de la reculer si je vois que je suis déjà à la bourre durant la première semaine ou si je tombe malade. No stress.

Je sens que celle-là va être très difficile à tenir. Je suis une speedée de nature, une malade des deadlines de ouf, une cinglée du write-or-die. Mais au final, c’est ma santé qui en prend un coup, donc cette année, je vais être pondérée, modérée et posée (vous avez vu, ça rime !) Rendez-vous fin janvier pour un premier test en live, lorsque je serai en mode « put* j’ai pas fini mon histoire de pirate alors que je devais la publier il y a trois jours, je suis nulle, je vais écrire 48h d’affilée, je peux le faire. » 

 

2 – Que l’écriture redevienne un plaisir

Je me suis pas mal égarée en 2017. Je ne vais pas revenir sur tous les soucis que j’ai eu, mais je le dis haut et fort : je suis une auteure de romance M/M hot voire très, très hot, pas une auteure de romance M/F new romance, dark romance, new truc, whatever à la mode. Je suis fière d’être une auteure de romance M/M érotique. Là, je l’ai dit. Si le côté c* te gène, tu es libre, chère lectrice, de chercher une auteure plus soft que moi.

Avant d’écrire de la romance M/M, j’ai écrit de la fanfic slash, lu des fanfics slash, lu des manga yaoï, lu des romans M/M quand il fallait les commander en papier à Amazon USA avec des frais de ports qui coûtaient une blinde, tout ça parce que j’aime ce genre à la folie. Lorsque je me suis lancée dans l’auto-édition, j’ai écrit une nouvelle érotique M/M (Initié, ép 1 de l’Ile aux Esclaves, Tom/Chris, pour celles qui étaient déjà là à l’époque). Je ne savais pas si c’était à la mode, s’il y avait des lectrices, j’ai écrit cette nouvelle parce que j’ai kiffé l’écrire.

Je veux kiffer à nouveau d’écrire des romans cette année, ce sera donc 90% de M/M et un M/F/M qui trotte dans ma tête depuis un moment. Je veux me lever chaque matin en me disant que j’ai envie d’écrire, pas que je dois le faire.

 

3 – Retourner à la salle de sport

Parce que passer une heure à faire du cardio (tapis ou vélo) me détend merveilleusement bien, parce que c’est totalement en phase avec mon résolution #1 de me sentir zen, parce que pendant que je marche rapidement (je ne cours pas, jamais) ou que je pédale je peux laisser mon esprit vagabonder. Parce que ça fait du bien. Je prévois deux séances par semaine, j’ai déjà l’abonnement, je commence, si la salle est ouverte (check : oui, elle l’est), mardi (matin, à 8h tapantes. Non, je plaisante, mardi en début d’aprem, vous savez que je ne suis pas du matin).

Celle-là aussi, elle va être dure à tenir. Ce n’est pas que je n’aime pas faire du sport, c’est qu’il faut que je me le mette en premier sur ma to-do list de la journée, avant l’écriture. Sinon c’est mort.

 

4 – Etre sincère et authentique

Je vais arrêter de faire semblant d’aimer des trucs que je n’aime pas vraiment, parce que tout le monde aime. Je vais désormais dire ce que je pense, à commencer par ce blog, sans me cacher en mode « ouais, mais c’est pas consensuel ». Déjà, en écrivant du M/M, je ne suis pas consensuelle, alors autant aller jusqu’au bout.

Okay, vous voulez une première confession ? je n’ai jamais vraiment kiffé la romance M/F contemporaine. La paranormale, l’historique, okay. La contempo m’a toujours ennuyée, sauf parfois un peu de chick-lit (genre Le diable s’habille en Prada, mais ce n’est pas de la romance). Ce n’est pas nouveau, ça remonte à l’adolescence. Je n’aime pas la façon dont les femmes sont dépeintes dans la romance contempo.

Autre confession : j’aime mon M/M hot et avec un brin de bdsm, mais ça vous le savez ! Et n’écrivant de récits ou de guides de la sexualité gay, j’en ai marre des personnes dans le monde du M/M qui se posent en censeurs et disent que les héros doivent forcément se protéger. On n’est pas dans la vie réelle, on n’est pas dans un film pour adultes, où là, oui, il faut que les acteurs se protègent. J’écris des romans. Je mets désormais un warning en début de chaque roman sur la nécessité de se protéger dans la vie réelle, mais je refuse d’astreindre mes héros à porter du latex dans certaines de mes histoires (comme Jeux de Soumission, par exemple). J’écris pour faire rêver, pas pour vous replonger dans le monde réel. Je ne dis pas que mes héros ne vont jamais se protéger, mais tout va dépendre du degré de réalisme que je veux donner à mon histoire. Je suis l’auteure, autrement dit, je décide. Et j’ai décidé que dans le monde où se situent mes histoires, les maladies n’existaient pas. Rêvons un peu !

 

5 – Arrêter de vouloir me professionnaliser à tout prix

L’an dernier, c’est bien ça qui a failli me dégoûter d’écrire et me faire renoncer. Ce que j’aime avec l’auto-édition, c’est que je peux bosser de ma façon préférée, à savoir en solo. A part pour les couvertures, que je vais continuer à confier à ma talentueuse illustratrice, avec qui j’ai une relation de confiance, pour le reste, je fais tout toute seule, comme avant. Je ne dis pas qu’il n’y aura pas des exceptions pour certains textes où je demanderai à une beta-lectrice de m’aider, mais pour la majorité, je bosse solo. C’est ma façon de faire.

Ça veut dire aussi que je laisse tomber la promo et le marketing. Ce n’est pas mon truc. Je veux partager avec vous les étapes de l’écriture de mon roman, vous montrer les couvertures quand je les reçois, parce que généralement je suis en mode « c’est trop beau !!! », mais ne comptez pas sur moi pour vous faire de la pub et encore de la pub. J’ai essayé, c’est épuisant, c’est chiant, et ce n’est pas moi. Par contre, je veux participer et échanger encore plus avec mes lectrices cette année, parce que parfois, lorsque j’étais vraiment au bout du bout du rouleau, c’est un com de lectrice sur ma page FB ou sur Amazon qui m’a remonté le moral.

 

Voilà, c’était mes 5 bonnes résolutions pour 2018. N’hésitez pas à commenter, à me dire quelles sont les vôtres, aussi, parce que j’espère que cette année, nous formerons une grande et chaleureuse communauté autour de notre passion : le M/M.

Et j’allais oublier ;-) Bonne année !!! <3

 

 

Posté par victorialace à 18:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 décembre 2017

POURQUOI UNE MAISON D’EDITION POUR LE PRINCE MAUDIT

J’ai eu plusieurs fois cette question de la part de fidèles lectrices, qui m’ont demandée pourquoi je suis passée en maison d’édition (ME) après 3 ans d’auto-édition (AE) pour Le Prince Maudit.

La réponse relève de plusieurs facteurs.

Une opportunité, d’abord. Je n’ai jamais démarché de ME, ce sont eux qui sont venus vers moi. J’ai failli refuser, mais la caution d’une amie et les arguments de l’éditeur m’ont convaincue.

Offrir un meilleur « produit », ensuite. Il faut savoir que je travaille seule sur mes textes, depuis l’idée première jusqu’au roman que vous avez entre les mains. Je n’ai ni beta-reader, ni correcteur, personne. Je fais/faisais mes couvertures seule également (j’y reviendrais).

On m’a souvent dit qu’il y avait des fautes et mots manquants dans mes histoires. Je ne pense pas écrire un français trop épouvantable, je lis et je relis, je corrige, je passe Antidote, un correcteur informatique performant. Mais à force de relire mon texte, je ne le « vois » plus, je ne vois pas les mots manquants, ma grande faiblesse. En passant par une ME, j’ai eu droit à un correcteur pro qui a non seulement corrigé mes fautes, mais souligné mes répétitions, un autre de mes soucis.

Je voulais aussi offrir à mes lectrices une belle couverture pour mes histoires. Depuis le début, je les fabrique seule. J’achète une photo sur une banque de données d’images, comme DepositPhoto ou Fotolia, et je crée la couverture avec un logiciel genre Photoshop (genre, parce que je n’ai pas Photoshop). Je recadre la photo si besoin, je travaille sur le contraste, je fais les écritures (titre, nom d’auteurs) et je travaille dessus pour les intégrer le mieux possible à l’image. Ce n’est pas du tout mon métier, je n’ai aucune formation de graphiste (ni d’ailleurs d’écrivain, mais bon !!!) J’ai pensé avoir avec une ME l’opportunité d’avoir une couverture pro. Sur ce point, j’ai été un peu déçue. Je m’attendais, j’espérais, j’avais demandé, pour le Prince Maudit, une couverture dans le genre de celle de H.V. Gavriel (si vous ne connaissez pas ses loups M/M, foncez !) et la couverture du Prince Maudit m’a un peu déçue à ce niveau. Mais sur ce point, comme sur d’autres, c’est l’éditeur qui a le dernier mot.

Enfin, je voulais agrandir mon lectorat. Eh oui, j’ai eu de l’ambition. My bad. Je voulais conquérir plus de lectrices via une promotion professionnelle que je suis incapable de faire, n’ayant ni les moyens ni les réseaux nécessaires. Sur ce point, dont j’ai parlé dans le post précédent, j’ai été clairement échaudée. Or, c’était surtout pour cela que j’avais signé. L’éditeur lui-même a reconnu qu’il n’avait pas assuré sur ce coup-là.

Je savais qu’il y aurait une contrepartie négative pour mes lectrices comme pour moi, et c’est là que nous allons parler chiffres et thune. En passant par une ME, je renonçais à mes royalties Amazon, pour entrer dans le circuit des ME qui, en numérique, vous proposent des droits d’auteurs entre 15 et 20%. Il fallait donc beaucoup, beaucoup vendre pour que je parvienne à gagner la même chose qu’en AE. Cela n’a pas été le cas, comme déjà dit dans le post précédent. J’ai à peine atteint le niveau de mes ventes directes (sans compter ce que me rapportent les lectures en Kindle Unlimited).

Les lectrices ont malheureusement vu le prix de vente du Prince Maudit être bien supérieur à mes prix habituels. Il faut savoir que sur ce prix, l’éditeur paye l’auteure (donc moi, avec mes 15 à 20%)), le correcteur (en gros, une correction de roman coûte entre 300 et 500  €, eh oui, c’est cher aussi), mais aussi le distributeur et se rémunère lui-même. Sans parler du graphiste si ce n’est pas l’éditeur/graphiste qui fait la couverture lui-même. D’où un prix de vente plus élevé qu’en AE.

Le résultat a-t-il été à la hauteur ? Oui et non. Du côté du texte, je dirais que le résultat a été à la hauteur de mes espérances. Mon éditeur m’a poussée à écrire un texte plus long, à développer mes personnages, m’a fait des remarques pertinentes sur certaines scènes. Le correcteur a bien « nettoyé » le texte de ses scories. Je suis par contre un peu déçue par la couverture. On ne va pas se voiler la face, les filles, on aime des mecs sexy sur les couvertures de nos M/M. Cela ne veut pas dire forcément torse nu, d’ailleurs, ce n’était pas ce que je voulais pour ce titre. Mais question sexyness, j’ai été déçue. Pour la promo, vous connaissez déjà la réponse.

Donc, vous avez eu entre les mains un produit de qualité, même si la couverture n’est pas top. Je ne sais pas s’il y aura une version papier. C’était prévu, mais pour l’instant, je n’ai pas de nouvelles. Je vais tout faire pour vous proposer une version papier, mais tout dépendra du bon vouloir de l’éditeur.

Dernière question qu’on m’a posée : est-ce que j’ai récupéré mes droits d’auteurs ? La réponse est oui. J’avais touché un à valoir et il couvre pour l’instant mes droits d’auteurs. Je n’ai donc pas de perte financière. Mais comme m'a dit une copine auteure "ça ne vaut pas le coup". 

Dans un prochain post, je vous dirai pourquoi mes prochains romans en AE seront d’une bonne qualité, sinon pro, du moins encore meilleure que d’habitude.

Je veux conclure ce post en disant une chose : j’ai beaucoup appris durant cette année avec une ME, surtout ce que je ne voulais pas faire ! J’ai été épuisée par cette expérience. Je crois que je suis faite pour travailler en solitaire. J’ai un titre prévu cette année avec une ME, mais pour tout le reste, ce sera en AE, avec un petit prix et j’espère, une grande qualité.

Je vous fais de gros bisous et à bientôt pour vous parler… d’un certain pirate ;-)

 

 

Posté par victorialace à 16:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 décembre 2017

UNE GROSSE COLERE OU COMMENT JE VAIS CONTINUER SOLO

 

Okay, il faut que ça sorte. Cette colère que je contiens depuis des mois, la masquant par des sourires, par des « ce n’est pas grave » au lieu de dire ce que j’ai sur le cœur, il faut qu’elle sorte avant de m’étouffer.

Au passage, ce sera l’une des caractéristiques de ce blog : être honnête, dire la vérité, même si ça doit faire grincer des dents. J’estime que j’ai le droit d’être en colère aujourd’hui. Pour info, je vis de ma plume depuis trois ans. Ne rêvez pas, je ne suis pas riche, je gagne en gros de quoi vivre modestement. Mais je suis contente comme ça. Je publie en auto-édition sur Amazon. Je bosse comme une malade, j’écris tous les jours, beaucoup, mais je suis heureuse de le faire parce que je vis de ma passion.

Et puis j’ai tenté l’aventure d’une maison d’édition. Un éditeur montant sa ME m’a démarchée, j’ai fini par signer. La plus mauvaise décision de ma jeune carrière d’écrivain. Je ne vais pas entrer dans les détails. Ceux qui savent, savent, et je ne vois pas l’utilité de balancer les promesses non-tenues. Je suis en colère. Je voulais professionnaliser mon travail et je me suis retrouvée avec un résultat qui n’est pas, selon moi, professionnel, surtout au niveau de la promotion, qui n’a pas du tout été faite, à part quelques chroniques.

En 2018, je vais donc revenir au travail en solo et à l’auto-édition, sauf pour un titre pour lequel j’ai signé avec un ME spécialisée dans le M/M et en qui j’ai confiance (j’y reviendrai dans un prochain post, pourquoi ce titre et pourquoi cette ME).

Toutes les ME ne sont pas comme ça. En SF, j’ai eu le plaisir de collaborer avec les Editions du 38, et le contrat a été parfaitement respecté. Avec de tous petits moyens de jeune maison d’édition, j’ai vu et je vois toujours les éditrices se défoncer pour la promo des titres, le mien inclus (Villes Etranges, sous le nom de Chris Mallory, si ça vous intéresse). Donc, toutes les ME ne sont pas à rejeter, je tiens à le préciser.

Simplement, je ne signerai plus pour ce qui est mon gagne-pain, à moins qu’une grosse ME me fasse une proposition intéressante. Et encore…

Je ne veux blesser personne. Mais il fallait que ça sorte. Quand on s’engage à faire quelque chose, on le fait, ou alors on jette l’éponge, mais on n’entraine pas d’autres personnes avec soi.

 

Posté par victorialace à 17:46 - Commentaires [6] - Permalien [#]